Les danses dites "Nationales"

Plus modernes et plus gracieuses que les vigoureuses danses des Highlands, elles ont été développées pour accroître la participation féminine. Certaines sont enseignées depuis le 19e siècle, tandis que d'autres sont d'anciennes danses traditionnelles remises au goût du jour. 


Highland Laddie
(Vidéo : Harbour Springs competition)


« Highland Laddie » signifie : « le jeune homme des hautes terres ». 

Cette danse a été conçue par des soldats de la Première Guerre Mondiale sur la mélodie du même nom qui se trouve être la marche officielle des régiments de Highlanders. C’est une des rares danses nationales (avec Barracks Johnny) à être dansée en kilt.

On dit aussi qu’elle est dansée en hommage à Bonnie Prince Charlie qui passait pour un très beau jeune homme du temps où il tenta de reconquérir la couronne d’Écosse et menaça Londres en 1745. Beaucoup d’Écossais(es) l’auraient voulu pour roi.
 


Barracks Johnny
(Vidéo : Tierney competing at the LV indoor competition 2007)


"Wilt Thou Go to the Barracks, Johnny?" (Veux tu aller à la caserne, Johnny ?) est une danse de recrutement (raison pour laquelle cette danse nationale, de nature militaire, est dansée en kilt).

Les recrutements se faisaient à l'extérieur des casernes. On rassemblait des jeunes hommes autour d'un festin à "boire et à manger" mais aussi à "chanter et à danser". Barracks Johnny était dansée pour inviter/inciter les jeunes hommes à s’enrôler dans l’armée en leur montrant la vigueur, l’agilité et la force que l’entraînement militaire permet d’acquérir... 
Amusés, avinés et repus, la danse achevait de les séduire et beaucoup signaient sans s'en souvenir au petit matin lorsqu'ils se réveillaient, enrôlés, entre les quatre murs de la caserne... 


Scottish Lilt
(Vidéo : Tierney competing at the LV indoor competition 2007)


Aussi appelée la Jig écossaise, la Lilt est une danse distinguée et fluide qui a été composée peu après 1746 pour être pratiquée par des demoiselles de bonne famille désireuses de courtiser ou de divertir les membres de la noblesse en les séduisant par leur grâce.

Son rythme 9/8 atypique, parfaitement adapté aux pas de danse, tranche avec celui des Strathspeys rythmant les traditionnelles danses des Highlands.
    
La Lilt est l’essence même des danses nationales écossaises qui se caractérisent par leur grâce directement inspirée par les danses de ballet.


Flora MacDonald Fancy
(Vidéo : Pleasanton 2009 compêtition Intermediate level)


Cette danse est dédiée à l’intrépide Flora MacDonald.

Elle est devenue une héroïne nationale après avoir aidé, en 1746, Bonnie Prince Charlie à échapper aux Anglais en le déguisant en servante irlandaise et en lui faisant traverser le bras de mer séparant les îles de North Uist et de Skye avec un bateau à rames.

La légende prétend que Flora l’aurait dansée devant un feu de bois pour égayer la vie du prince fugitif. On dit aussi qu’elle la dansa au sommet d’une colline en voyant passer le voilier ramenant le prince en France hors de portée des Anglais.



The Village Maid
(Vidéo :  Cornwall competition en 2009)


De toutes les danses nationales, the Village Maid est celle qui est la plus influencée par le ballet. Contrairement aux autres danses nationales et à celles des Highlands, il y a peu de sauts et, sur certains mouvements, il est possible de poser le pied à plat. Conçue pour les dames, les pas sont plus fluides et plus gracieux que ceux des vigoureuses danses des Highlands.
 
C’est une danse de séduction qui aurait été pour la première fois dansée sur la table d’un pub par une serveuse voulant charmer les clients et les inciter à dépenser davantage en boisson.



The Scotch Measure / Twasome
(Vidéo : Justine and Karley, Tartan Day Show en 2006)


La Scotch Measure peut être dansée seule ou en duo (auquel cas elle est appelée ‘Twa Some’).
Le danseur porte un kilt et la danseuse une Aboyne ou une lilt dress.
Les pas de danse sont supposés dépeindre les rituels écossais pour faire la cour.



Earl of Errol
(Vidéo : Interprovince 2009 - Toronto - Daniel Carr)


The Earl of Errol est très certainement basée sur une danse irlandaise du 18e siècle pratiquée avec des chaussures à semelles dures bien qu’elle soit aujourd’hui dansée en chaussons de danse souples. Les pas ont été chorégraphiés pour le Comte d’Errol, une petite ville de l’Aberdeenshire.

Bien qu’elle paraisse assez facile, c’est sans aucun doute l’une des danses nationales les plus difficiles à pratiquer.  


Blue Bonnets
(Vidéo : Colleen Rintamaki, 10 fois championne du monde, en 2009)


Les Jacobites n’ayant pas d’uniforme, leur emblème devint le béret bleu (un colorant naturel facile à trouver en Écosse) orné de la cocarde blanche, que Bonnie Prince Charlie fut le premier à arborer lorsqu’il piqua sur son couvre-chef une rose sauvage.

Depuis “Blue Bonnet” désigne le soldat écossais.

Cette gracieuse danse est pratiquée par les femmes soit pour d’attirer sur elle les regards des Blue Bonnets, soit pour faire leurs adieux lorsqu’ils partent en mission.